Renforcer la complicité dans sa sexualité

« J’ai peur de parler sexe avec mon compagnon, je suis bloquée et je deviens toute rouge dès qu’on aborde le sujet »

« Je suis quelqu’un de très à l’aise dans la vie quotidienne mais quand il s’agit de parler sexualité je n’arrive plus à rien »

 

Je ne souhaite pas ici faire une énième liste d’astuces incroyables pour réussir à parler sexe avec son partenaire, les conseils sont déjà nombreux sur la toile.

Il me semble plus judicieux de voir comment la communication dans la sexualité peut faire grandir la confiance et la complicité d’un couple.

La « timidité sexuelle » semble être une notion assez familière pour de nombreux hommes et femmes. Pour être passée par là, je me suis longtemps sentie très mal à l’aise dans des situations où la discussion portait sur la sexualité, et où je ne me sentais pas libre de parler, bloquée par je ne sais quel démon là haut dans ma tête. Cet état était ma normalité, et me semblait somme toute une normalité acceptable puisque je n’avais aucun autre repère et aucune autre approche à laquelle m’identifier.

Or j’ai fait une découverte incroyable : il est possible de se sentir libre et à son aise lorsqu’on parle sexualité dans son couple… ça alors…!


  1. Deux niveaux de communication

Avant toute chose, de quoi parle-t-on quand on parle de sexualité avec son partenaire? Je dirais qu’il y a deux niveaux de communication possible. Parler de ce que l’on sent et de ce que l’on ressent peut être fait de façon superficielle d’une part, exemple : « j’aime ça, continue » ou très détaillée d’autre part :« Quand tu me caresses sur les seins, ça me fait de la chaleur dans tout le ventre, c’est délicieux ».

 

Les avantages de la version superficielle : en peu de mots on signale à notre partenaire qu’on apprécie et c’est déjà bien

Les inconvénients : la formule est très floue. Le partenaire ne sait pas nécessairement de quoi on lui parle, ce que l’on aime réellement, et ce que ça nous fait. Du coup, voulant bien faire, il va continuer mais pas forcément ce que l’on attendait.

On peut aimer la glace à la vanille parce que ça nous enlève la sensation désagréable de faim qui nous tenaillait, ou on peut aimer sentir la glace nous rafraîchir la gorge et le parfum de vanille faire comme des paillettes dans notre palais. L’éventail des sensations possible est immense !

Pourquoi est-il important de partager nos ressentis en détail ?

 

Plusieurs niveaux communication. Sylvain courant
2 niveaux de communication. S. Courant

– Parce qu’en se posant la question de savoir ce que l’on ressent, on se met en lien avec nous-même et on ressent les choses plus intensément car plus précisément.

 

– Parce qu’en précisant ce que l’on ressent, on informe en détail notre partenaire de qui se passe en nous, il nous découvre un peu plus et la complicité grandit car il sait exactement ce qui se joue pour nous et comment il y contribue.

 

– Parce qu’en étant attentif aux détails, notre partenaire prend aussi conscience de ce qui se passe en lui, et gagne en profondeur et en intensité de sensations.

 

– Parce qu’on est humains et que nous sommes faits de diversité et de subtilités. Se réduire à une vision manichéiste de la vie et de la sexualité est d’une grande pauvreté, un peu comme de se contenter d’un film noir et blanc quand la version couleur est disponible. Atteindre l’épanouissement nécessite d’exploiter notre plein potentiel.

 

2. Ne pas emprisonner l’Ego dans la peur

Ego Siberfi
Ego de Siberfi

L’égo nous accompagne tout au long de notre cheminement et a ce rôle déterminant de nous guider selon l’état dans lequel nous nous trouvons. En d’autres termes, si l’on arrive à rester dans du positif, notre égo va en ce sens et nous guide vers des choix qui nous ouvrent et nous font grandir. En revanche si nous commençons à aller dans la peur, nous en venons à nous limiter et à abandonner notre chemin d’évolution.

 

Quand on parle sexualité avec son compagnon, il est essentiel de réunir les ingrédients pour réussir à ne pas emprisonner notre égo dans la peur. Sinon la moindre remarque nous amène à l’enchaînement de pensées –extrêmement constructif ;-)- suivant :

 

Version victime : « Peur de te perdre, peur de ne pas être à la hauteur, peur que tu ne m’aimes plus » ou encore en version bourreau « Non mais pour qui il/elle se prend à me parler comme ça – il/elle ne fait aucun effort et il/elle se permet de me dire ça »

 

Le mode d’emploi pour éviter ça?

Prendre soin de soi. Si l’on ne se sent pas nourrit dans les valeurs qui sont essentielles pour nous en ce moment, nous ne sommes pas bien avec nous-mêmes et nous aurons beaucoup plus de propensions à nous enfermer dans la peur plutôt que de voir le positif.

 

Etre en conscience et en présence. Quand on parle sexualité, on touche à notre plus grand point de vulnérabilité. Il est indispensable d’être absolument et entièrement présent à ce que l’on fait pour soutenir l’autre et aller pleinement soit même dans sa vulnérabilité.

 

Concrètement : éliminer toute source de nuisance et faire le vide dans sa tête, choisir soigneusement son moment et son lieu, respirer en conscience, accueillir l’autre du regard et se laisser voir.

Exercez-vous avec un objet/ un arbre/ une fleur : vous le/la regardez intensément d’abord, puis vous imaginez que vous le/la laissez vous regarder et entrer en vous par le regard

 

– Toujours garder à l’esprit que l’autre fait de son mieux avec ce qu’il sait à ce moment là. Notre partenaire est souvent une personne qui nous aime profondément et qui ne demande qu’à ce que les rencontres amoureuses s’améliorent.

 

Parler de soi de préférence (« voici ce que JE ressens », plutôt que « il faudrait que TU… »), sans jugement et sans reproche et se rappeler mutuellement l’un l’autre que la discussion est placée sous cette protection

 

Enfin si malgré ces conseils vous êtes dans un mauvais jour, la peur vous rattrape et vous sentez que vous vous braquez alors même que la personne en face de vous ne fait que parler d’elle et de ce qui se passe pour elle, c’est probablement votre égo qui a sortit son armure.

Alors peut-être est-il préférable de reconnaître la situation et de faire une pause dans la discussion. Dans tous les cas votre partenaire devrait savoir ce qui se passe pour vous, et quand exactement vous serez disposés à revenir au sujet.

 

Exemple : c’est plus possible pour moi maintenant de continuer cette discussion. Quand tu me dis que ça te plait pas la pénétration dans cette position ça me coince dans la gorge et j’ai envie d’hurler ça me rend triste, j’ai peur que nous ne trouvions aucun terrain d’entente où nous sommes tous les deux satisfaits. J’ai besoin d’une pause, je serai de nouveau prêt(e) dans 30 minutes. Si c’est ok pour toi, on peut se retrouver là pour en parler.

 

3. Renforcer la complicité

Complicité
Complicité

 

Parler vrai dans la sexualité est un moyen puissant d’apprendre à se connaître intimement et à nourrir la complicité du couple.

Voici 3 moyens pour renforcer cette dernière:

 

 

Raconter son histoire sexuelle. Avez-vous déjà raconté à votre partenaire l’histoire de votre sexualité d’un bout à l’autre ? N’est-il pas passionnant de savoir ce qu’il/elle a expérimenté et comment il/elle a vécu telle ou telle situation ?

 

Exprimer ce que l’on aime chez l’autre. S’offrir des compliments sincères et honnêtes l’un l’autre lors d’un temps dédié à cela est extrêmement nourrissant. Quoi de plus agréable que de savoir ce que notre compagnon aime tant en nous?

 

Partager ses ressentis en détails pendant l’acte sexuel. Pour que l’autre sache exactement où nous en sommes d’une part, mais aussi pour rester pleinement dans l’instant présent d’autre part.

 

 » Aimer c’est trouver, grâce à un autre, sa vérité et aider cet autre à trouver la sienne. C’est créer une complicité passionnée. »

Jacques de Bourbon Busset

 

 

Tags , , , ,

9 thoughts on “Renforcer la complicité dans sa sexualité”

  1. C’est vrai que la sexualité est un sujet souvent tabou. Et puis quand on ose, on peut se sentir maladroit ! Merci pour ce blog, qui fera avancer les mentalités sur ce sujet, j’en suis sûre.

  2. Votre enthousiasme est un carburant!
    N’hésitez pas à me transmettre vos demandes si vous souhaitez que j’aborde des thématiques en particulier. Mon souhait par ce blog est d’amorcer une réflexion, et si possible vous incluant, chers lecteurs!

  3. Belle idée de blog !
    Rien de plus difficile je trouve que la communication entre deux partenaires, surtout lorsqu’il s’agit de dire à l’autre que ses caresses ne conviennent pas, surtout le dire à un homme à la fois en étant entendue et qu’il ne soit pas vexé.

  4. Merci Aline pour ton commentaire, pas facile en effet. C’est là que l’égo peut nous enfermer dans nos peurs de ne pas être à la hauteur… Oser parler et dire ce qui se passe et ce que l’on ressent, c’est aussi s’assumer et se respecter. Le plus souvent, un homme aime savoir ce dont nous avons besoin, et il a AUSSI besoin d’être reconnu là où ça va bien 😉

  5. L’entente sexuelle est une complexe alchimie des corps où tous les sens s’interpellent entre eux à la recherche d’une fusion .La complicité est en effet importante afin que tous les freins se lèvent et puissent permettre à ces sens de s’éveiller jusqu’au plaisir..
    félicitations pour ce blog, on sent un réel respect et une volonté de partager et d’ECOUTER

    1. Les encouragements des lecteurs sont le moteur qui fait grandir ma volonté d’aller plus loin pour que chacun trouve le chemin vers plus de VIE dans son quotidien et sa sexualité. Merci Alexandre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *