Pourquoi et comment parler de sexe ?

Alors que nous sommes tous nés d’un rapport sexuel et que nous sommes tous amenés à l’expérimenter et à l’explorer au cours de notre vie, la sexualité demeure un sujet où les tabous entravent la liberté de s’exprimer avec naturel.

 

2/3 des français, des italiens et des Belges se déclarent satisfaits de leur vie sexuelle. Cependant, 1 personne sur 2 se trouve au moins une fois confrontée au cours de sa vie sexuelle à des difficultés (problème d’absence de désir, difficulté à avoir un orgasme, trouble de l’érection ou trouble de l’éjaculation).

 

Ces difficultés sont partagées à environ 50% avec le partenaire, 15% avec un(e) ami(e), 10% avec un médecin. Environ 25% ne partagent le problème avec personne, soit 1 personne sur 4 ayant des difficultés.

3458856098_4740af6929_q

 

1. Pourquoi parler de sexe est-il libérateur ?

 

– Un moyen de rompre l’isolement

La sexualité est un univers dans lequel nous sommes extrêmement vulnérables : nous nous mettons à nu, au propre comme au figuré. Un grain de sable dans l’engrenage peut donc vite paraître une montagne si l’on ne trouve pas le moyen de le contourner.

Parler de ses difficultés permet d’accueillir cette part de vulnérabilité que nous avons tous en nous. Et même si ça fait peur pour commencer, on s’aperçoit bien vite que les difficultés sont partagées. N’oubliez pas la statistique : 1 personne sur 2…

 

– Apprendre par le partage d’expériences

La sexualité c’est aussi un espace où l’on se retrouve souvent seul face à ses découvertes, ses ressentis et ses croyances. Qui a bénéficié d’une éducation où la sexualité était un sujet librement discuté ?

Le partage d’expériences, dans le domaine de la sexualité comme ailleurs, nous permet d’apprendre et d’enrichir nos parcours. Sans réel partage, nous ne permettons pas à notre sexualité d’évoluer. Elle reste statique, et comme tout ce qui n’est pas rafraichis et renouvelé, elle devient ennuyante puis finit par s’endormir.

Il existe des forums entiers sur le thème de la sexualité, où tout un chacun vient poser toutes sortes de questions quant à ses difficultés ou expériences sexuelles. Ces échanges sont une chose, mais l’écran, en permettant de maintenir l’anonymat, de « faire écran », évite de se montrer vulnérable et amène à s’enfermer dans un double-jeu : je fais bonne figure dans mon quotidien, et je m’autorise à être vrai devant une machine…

 

Faire tomber les masques, c’est mettre du naturel et de la simplicité dans sa vie et dans ses échanges humains. S’autoriser à se montrer vulnérable, c’est aussi permettre que les difficultés deviennent des cailloux sur lesquels on peut sauter pour traverser la rivière. A l’inverse, maintenir le masque, c’est prendre le risque de se braquer sur le problème et d’en faire un obstacle infranchissable.

15576803543_2191d116f7_q

 

2. Comment parler de sexe

 

– Se jeter à l’eau et oser !

Souvent c’est de franchir le premier pas qui est difficile. S’apercevoir que même si on a osé, la Terre continue de tourner et la plupart du temps l’ouverture que l’on créé est bienvenue, est un soulagement et encourage à recommencer.

 

– Parler vrai et parler de ses ressentis

Se lancer sur le thème de la sexualité peut paraître suffisamment impressionnant pour s’obliger en plus à parler à mots couverts. Parler vrai ne veut pas dire parler cru, mais veut dire parler avec son cœur. Livrer ce que l’on ressent quand c’est facile ou difficile, quand on fait face au désir de son compagnon et que l’on n’en ressent pas soit même ou quand à l’inverse on se retrouve face à un refus après des avances, etc. C’est comment pour moi ? ça me fait quoi ? Et toi as-tu déjà vécu ça ? Comment le traverse-tu ? Qu’est-ce qui t’aide ?

 

– Eviter de rentrer dans les jeux psychologiques

Il est essentiel de se rappeler que l’on est responsable de son propre parcours. Même si l’impression que c’est le partenaire qui est responsable des difficultés sexuelles domine, il est utile de se recentrer et de tirer profit de cette expérience pour pratiquer un petit exercice :

 

En prenant quelques respirations profondes, essayez de mettre toute votre attention sur la zone de votre poitrine/cœur. Quand vous êtes là, laissez émerger la première image qui vous vient, même si elle est saugrenue. Peut-être est-ce un nuage bleu, peut-être un arbre immense, peut-être un petit pois rose… bref, laissez venir.

Quand maintenant une difficulté se présente dans votre sexualité, revenez à cette image et à votre focus sur la zone de la poitine/cœur, restez-là, puis observez ce qui se passe… vous serez souvent étonné de voir que le partenaire ressent ce calme en vous et quelque chose s’apaise dans la situation.

Nota : cet exercice est aussi valable en cas de tensions avec vos enfants 😉

 

¾ des français estiment que les problèmes sexuels ont des conséquences sur leur vie de couple. Qu’en serait-il si on la communication était plus fluide… ?

 

L’amour n’aime pas le déguisement, seules la simplicité et la franchise lui inspirent une douce sécurité.
Mirabeau, Lettre à Sophie Ruffei, le 1er novembre 1777

 

 

 

Source des statistiques : enquête Ifop (Institut français d’opinion publique) de juin 2013 sur la satisfaction sexuelle

Crédits photos: Wiertz Sebastien, Dejan H

 

Tags ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *