La sexualité au retour de la grossesse

La grossesse et l’arrivée d’un enfant, voilà 2 étapes majeures de la vie d’un couple. Au coeur de cette grande attente que représente la naissance à venir, le couple est parfois mis de côté au profit des préoccupations en lien avec l’enfant. Comment garder le fil de sa sexualité et se retrouver après l’arrivée d’un enfant?

Femme enceinte, vue de l’intérieur

Je fais partie de ces femmes qui adorent être enceinte. Sentir ce petit être au creux de mon ventre se développer, gigoter et m’accompagner à tout instant m’émerveille. Je trouve alors une certaine facilité à entrer en lien avec mon bébé, et c’est avec naturel que je peux partager cela avec mon compagnon.

Pour ce qui est de la sexualité au cours de la grossesse, c’est un peu comme si plus le bébé prend de la place et encombre mes gestes, moins j’ai de disponibilité pour partager des moments intimes. Peu à peu, je n’ai qu’une envie : me coucouner et prendre soin de cette forme de bulle qui se forme en moi et autour de moi. Concrètement j’ai très envie de beaucoup de repos, de contact avec la nature, de lectures, de bains… et de moins en moins envie d’aller vers la sexualité.

Le temps avançant je reviens à une vie très calme et centrée sur mon ventre. Comme pour chaque mère à venir, les dernières semaines sont focalisées sur la préparation du “nid”. C’est comme si tout mon système se mettait en mode “maman”. A cette période, les autres enfants de la fratrie en profitent aussi beaucoup : je suis entièrement disponible pour materner.

Femme enceinte et sexualité

Mon système est intégralement concentré à nourrir un bébé en devenir, cela puise dans mes réserves et physiologiquement je suis fatiguée. Je me sens ultra sensible : mes émotions sont à fleur de peau, je n’ai pas d’énergie pour me protéger de l’extérieur. Je me sens très vulnérable. A ce moment-là de l’histoire, mon homme est comme un pilier indestructible, protecteur et indispensable. Je lui demande d’être comme un pare-feu, un rempart qui peut absorber le superflu et qui me permet de me concentrer sur ce que j’ai à faire.

Sexuellement, la grossesse avançant, je suis de plus en plus au ralenti, surtout parce que je ne me sens pas très à l’aise avec mon corps. Le moindre mouvement devient avec le temps compliqué. Plus mon ventre prend du volume, plus mon corps est sollicité de toutes parts et moins j’ai envie de faire l’amour. La sexualité reste présente, avec des notions de lenteur et de présence qui me permettent de savourer autrement.

L’arrivée d’un bébé

Il y a 1000 façons de vivre une naissance, 1000 façons de vivre les premiers mois d’un enfant. Je constate de ma propre expérience, que dans un cas de figure où tout se passe bien, il faut environ 1 an pour retrouver sa vitalité. Un enfant c’est un concentré d’émotions, de joies, de doutes, de plaisir et aussi de fatigue. Pour une femme c’est un marathon : elle vient de se transformer pendant 9 mois, elle vient d’accoucher, et elle continue maintenant en enchaînant les nuits perturbées, l’éventuel allaitement…

De nos jours les hommes sont très présents et apportent beaucoup de soutien, et les femmes savent de mieux en mieux s’entourer pour éviter l’épuisement. Il n’empêche que les besoins des jeunes enfants sont exigeants et peuvent occasionner de la fatigue.

Pour le couple c’est un émerveillement mais c’est aussi c’est une épreuve : moindre disponibilité, réorganisation du foyer, manque de sommeil. Tous les repères changent et cela demande de la flexibilité.

Le retour à la sexualité

Revenir à soi avant tout

Au milieu de tout ça, la femme a aussi à retrouver les repères de son corps, ce facteur est souvent déstabilisant. Son corps a changé avec la grossesse, et il n’a pas forcément retrouvé sa forme “d’avant”… c’est parfois tout un chemin de se sentir bien dans sa peau, d’autant plus quand la grossesse est passée par là.

Pratique pour se sentir mieux dans sa peau: le rayon violet

Le rayon violet est une pratique de méditation qui permet de transformer nos croyances ou nos émotions. A chaque fois que vous vous sentez mal dans votre peau:

 

  • Fermez les yeux et visualisez votre corps ou la partie de votre corps qui vous irrite
  • Plongez dans la sensation de votre corps à cet endroit-là
  • Laissez émerger une image de cette sensation
  • Imaginez un rayon d’une lumière violette très pure qui inonde votre image, il la transperce et irradie partout
  • Ressentez-ce qu’il se passe dans votre corps

 

Après l’arrivée d’un enfant, la femme se sent mère avant tout. Au moins au cours des 6 premières semaines du bébé, son seul besoin est de se concentrer sur sa récupération et de rencontrer son bébé.

Plus elle arrive à vivre pleinement cette période en fusion avec son bébé, plus elle reviendra naturellement à sa vie de femme et d’amante. Ce processus s’observe chez toutes les femmes, de toutes les cultures, mais il impose de se laisser le temps de vivre ce qu’il y a à vivre sans vouloir brûler les étapes.

Entre les 6 semaines du bébé et ses 1 an environ, la femme regagne peu à peu du terrain sur sa disponibilité à elle-même. Avant les 1 an du petit, c’est comme si une part d’elle reste accaparé par l’enfant. Quand l’enfant marche, c’est comme si symboliquement, il commençait son propre chemin. C’est seulement à ce moment-là que la femme a la possibilité de pleinement se retrouver.

Retrouver son partenaire, savoir se rendre disponible

Quand un enfant arrive, la plupart des femmes ont cet instinct de protection vis à vis de leur enfant qui les pousse à occuper tout le terrain pour contrôler que leur enfant est en sécurité.

Même si elles ont pleinement confiance en leurs hommes, ils ont quand même à prouver en quelque sorte, qu’ils sont des pères capables. L’homme doit parfois s’imposer pour trouver sa place.

La femme a à faire cette place. Pour son enfant, mais aussi pour son couple et pour elle-même. En mettant un peu de distance entre elle et son bébé, la femme laisse aussi de l’espace pour que son couple reprenne sa place et retrouve sa complicité.

Le retour à la sexualité

Le retour à la sexualité après une grossesse est selon moi un moment à soigner et pour lequel les partenaires ont à s’écouter avec attention. Certains femmes ont besoin de beaucoup de temps pour se remettre de l’accouchement, d’autres voudraient aller très vite pour se rassurer que tout fonctionne correctement.

Nous sommes tous différents et nous avons tous à rester attentifs à nos besoins réels plutôt qu’à nos croyances ou aux attentes de notre environnement.

Une piste peut être de distinguer dans un premier temps intimité et sexualité : pour aller plus loin, voici un article qui vous en dit plus

Le véritable amour d’une mère, c’est d’aider l’enfant à couper le cordon ombilical.
Citation de Jean Gastaldi ; Le petit livre de maman, 47 (2003)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *