La première fois… que j’ose lui dire non

Alors que certaines de mes amies semblaient très déterminées et maître à bord en matière de sexualité dans leur couple, je me laissais très facilement convaincre de faire l’amour, même si je n’en avais pas envie.

Est ce que je le percevais comme un devoir ? une obligation ? Est ce que je pensais qu’il s’agissait d’une nécessité pour lui et que je ne pouvais pas m’y soustraire ? Est ce que je me laissais impressionner par une différence d’âge ou une expérience plus grande que la mienne ? Je crois que tous ces éléments s’imbriquaient dans ma tête pour venir me distraire de mes sensations et m’amener à ne pas respecter ce qu’elles m’indiquaient.

Un manque d’envie, le souhait d’être seule, peut-être simplement l’envie d’être enlacée dans des bras aimants et de pouvoir m’endormir comme ça…

Combien de fois ai-je renié ça ? A quel prix et pourquoi ? Qu’ai je gagné à aller contre moi-même ?

Sur le moment, ces questions n’avaient pas lieu, je les balayais bien vite d’un « c’est pas si grave », ou d’un « de toute façon après je serai tranquille », ou encore « j’aurai finalement ce que je veux quand il aura eu son compte », ou encore « c’est mieux comme ça sinon il ira voir ailleurs »… Quelle tristesse…

En lui disant oui à lui, je me disais non à moi-même. Non ton ressenti n’est pas si important, non ton besoin de tranquillité n’est pas si urgent, non ton envie n’est pas respectable telle quelle.

Ce déni que j’exerçais envers moi-même m’amène à croire aujourd’hui que j’ai ainsi contribué à me couper de mon corps et à endormir mes sensations. Comme si la part de moi qui avait tiré le signal d’alarme tant de fois sans être entendue avait finalement décidé d’hiberner jusqu’au moment où je serai capable de l’entendre de nouveau.

 

Et puis la vie amène son lot d’expériences, de découvertes, de rencontres… Et puis peu à peu ce corps que je pensais maîtriser à coup de sport et qui n’était finalement qu’un moyen de me déplacer et de séduire, redevient vivant et vibrant de ressentis. J’apprends à écouter, à entendre et à réagir à ce qu’il me dit et je découvre que plus je vais avec lui, plus il me parle et plus il reprend sa place dominante et centrale, à l’instar de mon mental. Si je ressens que j’ai besoin de me reposer et que je me repose vraiment, si je ressens que j’ai besoin de calme et que je m’isole, si je ressens que j’ai besoin d’être dans la nature et que j’y vais… alors il m’amène une énergie débordante et la vie ne fait que se multiplier.

 

Il devint alors naturel de ne plus ignorer ces signaux que mon corps m’envoyait. Quand mon partenaire vint à moi pour me proposer de faire l’amour et qu’il était clair pour moi que c’était un non, alors pour la première fois j’ai osé, et j’ai dit non, sans me justifier.

 

Pour y arriver vous aussi, voici ce qui m’a aidé :

 

Ne pas assimiler la demande à la personne.

Si je dis « non je n’ai pas envie de faire l’amour », je dis non au fait de faire l’amour, je ne dis pas « non je n’ai pas envie de passer du temps avec toi » ou « non je ne t’aime pas »

 

Ne pas hésiter à reformuler ce qui a été demandé pour poser vraiment son NON.

Si on me demande « on fait l’amour?» et que je réponds « si je comprends bien tu aimerais qu’on fasse l’amour maintenant ? », c’est aussi un bon moyen pour mon interlocuteur de saisir que ce n’est pas à lui que je m’apprête à dire non, mais bien à sa demande. « Là, maintenant, c’est non. J’ai besoin de temps pour moi »

 

Proposer un autre moment et prendre un RDV.

Si je dis « non » à mon partenaire, il peut se sentir frustré par ce refus, surtout si cela arrive plusieurs fois de façon consécutive. Lui proposer un rdv (cf article « Comment faire l’amour même si la libido est en sommeil ») et l’honorer peut être un excellent moyen de canaliser les émotions et de le rassurer.

 

 

« Etre libre, c’est savoir dire non »

Jean-Paul Sartre

 

 

 

Tags , ,

One thought on “La première fois… que j’ose lui dire non”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *