La sexualité au retour de la grossesse

La grossesse et l’arrivée d’un enfant, voilà 2 étapes majeures de la vie d’un couple. Au coeur de cette grande attente que représente la naissance à venir, le couple est parfois mis de côté au profit des préoccupations en lien avec l’enfant. Comment garder le fil de sa sexualité et se retrouver après l’arrivée d’un enfant?

Femme enceinte, vue de l’intérieur

Je fais partie de ces femmes qui adorent être enceinte. Sentir ce petit être au creux de mon ventre se développer, gigoter et m’accompagner à tout instant m’émerveille. Je trouve alors une certaine facilité à entrer en lien avec mon bébé, et c’est avec naturel que je peux partager cela avec mon compagnon.

Pour ce qui est de la sexualité au cours de la grossesse, c’est un peu comme si plus le bébé prend de la place et encombre mes gestes, moins j’ai de disponibilité pour partager des moments intimes. Peu à peu, je n’ai qu’une envie : me coucouner et prendre soin de cette forme de bulle qui se forme en moi et autour de moi. Concrètement j’ai très envie de beaucoup de repos, de contact avec la nature, de lectures, de bains… et de moins en moins envie d’aller vers la sexualité.

Le temps avançant je reviens à une vie très calme et centrée sur mon ventre. Comme pour chaque mère à venir, les dernières semaines sont focalisées sur la préparation du “nid”. C’est comme si tout mon système se mettait en mode “maman”. A cette période, les autres enfants de la fratrie en profitent aussi beaucoup : je suis entièrement disponible pour materner.

Femme enceinte et sexualité

Mon système est intégralement concentré à nourrir un bébé en devenir, cela puise dans mes réserves et physiologiquement je suis fatiguée. Je me sens ultra sensible : mes émotions sont à fleur de peau, je n’ai pas d’énergie pour me protéger de l’extérieur. Je me sens très vulnérable. A ce moment-là de l’histoire, mon homme est comme un pilier indestructible, protecteur et indispensable. Je lui demande d’être comme un pare-feu, un rempart qui peut absorber le superflu et qui me permet de me concentrer sur ce que j’ai à faire.

Sexuellement, la grossesse avançant, je suis de plus en plus au ralenti, surtout parce que je ne me sens pas très à l’aise avec mon corps. Le moindre mouvement devient avec le temps compliqué. Plus mon ventre prend du volume, plus mon corps est sollicité de toutes parts et moins j’ai envie de faire l’amour. La sexualité reste présente, avec des notions de lenteur et de présence qui me permettent de savourer autrement.

L’arrivée d’un bébé

Il y a 1000 façons de vivre une naissance, 1000 façons de vivre les premiers mois d’un enfant. Je constate de ma propre expérience, que dans un cas de figure où tout se passe bien, il faut environ 1 an pour retrouver sa vitalité. Un enfant c’est un concentré d’émotions, de joies, de doutes, de plaisir et aussi de fatigue. Pour une femme c’est un marathon : elle vient de se transformer pendant 9 mois, elle vient d’accoucher, et elle continue maintenant en enchaînant les nuits perturbées, l’éventuel allaitement…

De nos jours les hommes sont très présents et apportent beaucoup de soutien, et les femmes savent de mieux en mieux s’entourer pour éviter l’épuisement. Il n’empêche que les besoins des jeunes enfants sont exigeants et peuvent occasionner de la fatigue.

Pour le couple c’est un émerveillement mais c’est aussi c’est une épreuve : moindre disponibilité, réorganisation du foyer, manque de sommeil. Tous les repères changent et cela demande de la flexibilité.

Le retour à la sexualité

Revenir à soi avant tout

Au milieu de tout ça, la femme a aussi à retrouver les repères de son corps, ce facteur est souvent déstabilisant. Son corps a changé avec la grossesse, et il n’a pas forcément retrouvé sa forme “d’avant”… c’est parfois tout un chemin de se sentir bien dans sa peau, d’autant plus quand la grossesse est passée par là.

Pratique pour se sentir mieux dans sa peau: le rayon violet

Le rayon violet est une pratique de méditation qui permet de transformer nos croyances ou nos émotions. A chaque fois que vous vous sentez mal dans votre peau:

 

  • Fermez les yeux et visualisez votre corps ou la partie de votre corps qui vous irrite
  • Plongez dans la sensation de votre corps à cet endroit-là
  • Laissez émerger une image de cette sensation
  • Imaginez un rayon d’une lumière violette très pure qui inonde votre image, il la transperce et irradie partout
  • Ressentez-ce qu’il se passe dans votre corps

 

Après l’arrivée d’un enfant, la femme se sent mère avant tout. Au moins au cours des 6 premières semaines du bébé, son seul besoin est de se concentrer sur sa récupération et de rencontrer son bébé.

Plus elle arrive à vivre pleinement cette période en fusion avec son bébé, plus elle reviendra naturellement à sa vie de femme et d’amante. Ce processus s’observe chez toutes les femmes, de toutes les cultures, mais il impose de se laisser le temps de vivre ce qu’il y a à vivre sans vouloir brûler les étapes.

Entre les 6 semaines du bébé et ses 1 an environ, la femme regagne peu à peu du terrain sur sa disponibilité à elle-même. Avant les 1 an du petit, c’est comme si une part d’elle reste accaparé par l’enfant. Quand l’enfant marche, c’est comme si symboliquement, il commençait son propre chemin. C’est seulement à ce moment-là que la femme a la possibilité de pleinement se retrouver.

Retrouver son partenaire, savoir se rendre disponible

Quand un enfant arrive, la plupart des femmes ont cet instinct de protection vis à vis de leur enfant qui les pousse à occuper tout le terrain pour contrôler que leur enfant est en sécurité.

Même si elles ont pleinement confiance en leurs hommes, ils ont quand même à prouver en quelque sorte, qu’ils sont des pères capables. L’homme doit parfois s’imposer pour trouver sa place.

La femme a à faire cette place. Pour son enfant, mais aussi pour son couple et pour elle-même. En mettant un peu de distance entre elle et son bébé, la femme laisse aussi de l’espace pour que son couple reprenne sa place et retrouve sa complicité.

Le retour à la sexualité

Le retour à la sexualité après une grossesse est selon moi un moment à soigner et pour lequel les partenaires ont à s’écouter avec attention. Certains femmes ont besoin de beaucoup de temps pour se remettre de l’accouchement, d’autres voudraient aller très vite pour se rassurer que tout fonctionne correctement.

Nous sommes tous différents et nous avons tous à rester attentifs à nos besoins réels plutôt qu’à nos croyances ou aux attentes de notre environnement.

Une piste peut être de distinguer dans un premier temps intimité et sexualité : pour aller plus loin, voici un article qui vous en dit plus

Le véritable amour d’une mère, c’est d’aider l’enfant à couper le cordon ombilical.
Citation de Jean Gastaldi ; Le petit livre de maman, 47 (2003)

Comment renouer avec la sexualité après une naissance ?

Les 1ères semaines suivant l’arrivée d’un enfant ont un rôle prédominant dans la constitution du lien d’attachement entre le bébé, son père et sa mère.14535123650_418a35f307_q

Cette période de fusion avec le bébé est généralement beaucoup plus intense pour la femme qui a en plus vécu l’accouchement, d’autant plus si c’est son premier enfant. Dans le meilleur des cas tout semble cotonneux et le temps s’arrête pour laisser place à la magie de l’instant présent. Quand la femme s’autorise à la vivre pleinement, cette phase de fusion s’estompe peu à peu au moment où elle retrouve naturellement le besoin et l’envie d’aller vers le monde.

 

En parallèle son compagnon vit lui aussi un grand chamboulement : d’une part par l’arrivée du bébé, mais aussi par la transformation qui continue de s’opérer chez sa femme. Elle est désormais beaucoup moins disponible à elle-même, et donc encore moins à lui. Cependant, la femme qui a l’habitude dans nos sociétés de toujours paraître très forte, peut avoir tendance à avoir du mal à lâcher du lest, et à continuer de vouloir contrôler la situation, alors même qu’elle n’en est physiquement plus capable. Elle entre alors en lutte avec elle-même tiraillée entre son besoin d’être près du bébé, et celle de continuer à tenir son rôle habituel.

L’homme peut alors se dire « ok, alors je la laisse faire puisqu’elle y arrive et n’a pas besoin de moi ». Mais souvent la femme a besoin que son homme, sa mère, ses sœurs se posent là et lui disent « maintenant tu arrêtes, tu vis ta maternité, et tu me laisses faire ». Alors qu’il compense en la soutenant du mieux qu’il peut sur tous les fronts où elle ne peut temporairement plus être, l’homme donne souvent beaucoup de sa personne pendant cette phase.

 

Bref, tout cela prend une énergie folle et l’homme comme la femme, compagnons de vie, traversent alors une tempête. Une tempête où les émotions sont à fleur de peau, une tempête où les repères volent en éclat, une tempête où les rôles sont redéfinis mais demeurent flous. Une tempête où ils sont aussi les plus heureux du monde, et du coup pourquoi pas, finissent même par culpabiliser de ne pas savoir savourer simplement ce qu’ils vivent…

7529735578_02ff21617c_q

Et qu’en est-il de leur intimité ?

Se laissent-il déborder par la nouveauté et relèguent-ils leurs rencontres amoureuses au dernier plan ?

Ou arrivent-il à maintenir le lien en se communiquant de la tendresse ?

Ou encore reprennent-il leurs activités sexuelles très vite après l’accouchement ?

 

J’utilise à dessein ici le terme intimité plutôt que sexualité car il connote ici une approche pouvant aussi être basée sur la simple tendresse. Alors que le corps de la femme a vécu d’immenses transformations et qu’elle restera peut-être endolorie pendant plusieurs semaines après la naissance du bébé, il est au début souvent impensable pour elle d’imaginer une pénétration. La simple tendresse entre elle est lui peut déjà être un immense baume au cœur et une oasis de paix au milieu de la tempête. Au début la femme peut avoir du mal à laisser son bébé, même dans une autre pièce de l’appartement. Il est essentiel qu’elle s’écoute et qu’elle se respecte dans ce besoin des premières semaines sans quoi elle se ferait violence.

En revanche, même quand la femme fusionne avec son bébé et qu’elle se laisse absorber par la bulle qui se construit entre eux deux, il est essentiel de laisser une place à son homme. Son homme qui prendra ainsi sa place de papa, et son homme qui est, et restera son compagnon et avec qui elle peut se régénérer et retrouver de l’énergie même au milieu de la tempête.

 

L’isolement peut créer beaucoup de dégâts. Il n’est pas sain pour une femme de n’être plus que mère et de tout donner à ses enfants. Elle finira épuisée et vide d’elle-même après quelques années. En ouvrant ses bras aux autres et surtout à son compagnon, la femme se permet de rester femme et de vivre toutes les facettes de sa vie de femme, même en tant que jeune maman.

 

Quand la tempête des émotions et de la nouveauté bat son plein, et que les mots ne suffisent plus à se comprendre, partager un moment d’intimité en connectant les corps est le meilleur moyen de remettre les pendules à l’heure. Un peu comme si la chaleur du corps de l’autre venait apporter du réconfort là où c’est nécessaire. La tête et les mots peuvent prendre des vacances et vous laisser souffler, pour redescendre là où vous avez une base sereine et secure : votre corps.

1962008086_77e40a459e_q

La tendresse est ici la première étape vers un retour à la sexualité. De simples câlins, des échanges de caresses et de regards peuvent permettre à l’homme et à la femme de nourrir leur couple. Ils apprendront de toute façon à composer avec le fait d’avoir désormais moins de temps à se consacrer, et sauront tirer l’essence de leurs échanges en un minimum de temps.

 

La 1ère relation sexuelle avec pénétration après la naissance de leur bébé pourra être vue par le couple comme une nouvelle « première fois ». Ils y retrouveront le même besoin de délicatesse et d’écoute, et leur maturité pourra les amener à ajouter aussi une bonne dose de présence et de communication.

 

La femme pourra préférer se trouver à califourchon sur son compagnon, pour contrôler elle-même ce qui est convenable pour elle comme rythme et comme profondeur de pénétration. Partager ses ressentis au fur et à mesure permettra à l’homme de mesurer ce qui se passe pour elle. Aller lentement permettra à chacun de retrouver des ressentis qui sont peut-être endormis depuis un moment.

 

Mesdames osez dire non ! osez sentir que votre vagin n’est pas prêt! osez dire que c’est assez pour aujourd’hui, osez affirmer que vous avez besoin d’y aller par étapes…

Quand un couple s’aime, faire l’amour pour faire plaisir à l’autre est rarement une réussite. Tant pour elle qui se fait violence et n’écoute pas le besoin de son corps, que pour lui qui ressent qu’elle ne lâche pas prise, et se sent très seul dans ce qu’il voudrait légitimement être un partage.

 

Un enfant a besoin de sentir que ses parents continuent de partager de l’amour, et que cela s’exprime jusque dans leurs corps. Même s’il ne sait pas de quoi il s’agit et qu’on ne lui dit rien, un enfant ressent quand l’énergie circule ou ne circule pas entre ses parents. C’est aussi grâce à la sexualité que nous régulons cette circulation dans nos corps, et que nous nous maintenons au diapason pour former des couples unis et en évolution.

 

« L’amour triomphe de tout »

Virgile